Une défaite qui coûte cher au Real Madrid

  La belle victoire face à Osasuna a permis au Real Madrid de s’imposer comme un sérieux candidat au titre. Les superbes prestations de Robinho et Raùl ont redonné espoir à tout un club. En effet, dimanche dernier, les hommes de Fabio Capello se positionnaient à deux petits points du leader, le FC Barcelone. Une victoire samedi sur le terrain du Racing de Santander aurait placé le Real en tête du classement provisoire. Cependant, la lamentable prestation de l’arbitre Javier Turienzo Álvarez a réduit en cendres le rêve madrilène. Alors que le Real menait au score, Turienzo a sifflé deux penaltys plus que douteux et a expulsé sévèrement deux joueurs Merengues. Le Real a loupé le coche, mais a quitté Santander la tête haute.Le match de dimanche dernier face à Osasuna a ressuscité une équipe qui semblait perdue. Dès les premiers instants de la partie, l’excellente maîtrise du milieu de terrain de Diarra et Emerson permet au Real de s’emparer du contrôle du match. Grâce à un Robinho des grands soirs et à un Raúl inspiré, le danger est permanent devant le but de Ricardo. Dès le quart d’heure de jeu, une superbe louche de Diarra est remise par la tête d’Emerson dans les pieds du capitaine madrilène, qui envoie le ballon entre les jambes du gardien d’Osasuna. Diarra-Emerson-Raùl… Incroyable mais vrai, ce trio fort critiqué amène le premier but de la soirée. Le « 7 » a longtemps été baladé sur les flancs au cours de la saison, ce qui l’a empêché de développer son meilleur niveau de jeu. A peine repositionné en attaque, Raùl inscrit un but. Remarquable.En deuxième période, après plusieurs occasions de Van Nistelrooy, le Real va alourdir le score. Lors d’une de ses nombreuses galopades époustouflantes, Robinho décale à merveille Gonzalo Higuain. Le centre de l’Argentin est repoussé de justesse par Ricardo, mais le ballon atterrit dans les pieds du jeune Brésilien, qui en profite pour inscrire son troisième but en trois rencontres. Score final: 2-0, et le Real a laissé une image plus que prometteuse. »Le Real Madrid de Capello est l’un des pires de l’histoire », « Madrid en crise », « Capello dehors », « Joueurs gâtés et sans ambition », « Jeu médiocre »… Voila un échantillon de critiques qu’ont entendu les joueurs madrilènes au cours de la saison. Sans briller certes, le Real a répondu à base de victoires… Cette équipe, si mauvaise si l’on s’en tient aux critiques, se trouve à présent à deux points de l’éternel rival… Les supporters commencent à y croire: remporter la Liga n’est plus une utopie. Personne n’aurait parié un euro sur le Real il y a un mois, et pourtant… Le Barça et Séville ne dorment plus tranquille…Samedi soir, le Real avait l’occasion de prendre provisoirement la tête du classement en cas de victoire sur le terrain du Racing de Santander. Meilleure équipe de 2007, le Racing a fait de son terrain une forteresse imprenable. Le duo Munitis-Zigic a fait plier les ténors du championnat… La tâche s’annonce difficile pour les madrilènes. Difficile, mais pas impossible…Capello aligne d’entrée le même onze qui a battu Osasuna. A une exception près. La blessure de Miguel Torres, la révélation de la saison, ouvre la porte à la première titularisation du jeune Marcelo, arrivé au mercato. Dès le coup de sifflet initial, Santander met la pression. Mais si le ballon appartient aux hommes de Portugal, c’est le Real qui se procure les occasions de but. Après seulement cinq minutes de jeu, un boulet de canon de Diarra mal négocié par Toño est sauvé sur sa ligne par Ruben, ancien défenseur de Madrid. Le Malien se rend maître du milieu du terrain, avec son compagnon Emerson, qui commence à reprendre confiance en lui. En défense, Helguera et Cannavaro sont impeccables. Le capitaine de la Squadra Azurra commence enfin à ressembler à celui de la coupe du monde. Mieux vaut tard que jamais.Le but madrilène était inévitable. Une erreur de Garay permet à Higuain de s’emparer du ballon et de servir son capitaine dans le grand rectangle. Raùl ouvre le score d’une jolie frappe et place le Real en tête de la Liga. Du moins pendant quarante minutes…Maître du ballon, le Real n’arrive pas à inscrire le deuxième but qui le mettrait à l’abris. Higuain manque deux fois l’occasion de tuer le match en perdant ses faces à faces avec Toño. Ce manque de réalisme coûtera cher aux madrilènes.A la 72ème minute, Diarra chippe le ballon à Scaloni dans le grand rectangle. L’Argentin se laisse tomber. Pénalty. Incompréhensible. L’ex-Lyonnais touche clairement la balle, et personne, à part Monsieur Turienzo, n’aurait sifflé la peine maximale. Le spécialiste Garay égalise avec sang froid. Quelques instants plus tard, Ivan Helguera reçoit un deuxième carton jaune pour un « jeu dangereux » sur Munitis. Et pour couronner le tout, Tunienzo offre un deuxième pénalty à Santander, pour un contact tout à fait banal entre Cannavaro et Zigic. Peut-être que le défenseur italien d’1m76 bouscule l’attaquant de 2m02, mais ces contacts se produisent des centaines de fois dans un match, à chaque phase arrêtée. Garay ne manque pas l’occasion de donner la victoire à son équipe. Notons l’expulsion, assez correcte cette fois, de Mejia en toute fin de match, pour une faute grossière sur Munitis.Avec cette défaite non méritée, le Real a perdu nombreuses options de titre. Le rêve s’est écroulé en un coup et le Barça a l’occasion de reprendre quelques longueurs d’avance en recevant Mallorque. Mais n’enterrons pas les madrilènes trop vite. On l’a vu cette saison… Ils sont capables du pire comme du meilleur…

écrit par FC-Barcelone.com

Commentaires