Les attaquants votent Samuel Eto’o

  L’avant-centre français Nicolas Anelka et le buteur ivoirien Didier Drogba nuancent leurs pronostics du Ballon d’Or, suite à la blessure de leur favori Samuel Eto’o. Mais l’ancien attaquant tricolore Youri Djorkaeff, misent ouvertement sur le Camerounais. Alors que Fabio Canavarro est déclaré vainqueur par plusieurs journaux espagnols, Samuel Eto’o reste le préféré de nombreux attaquants. Contrairement à ses rivaux pour le Ballon d’Or européen 2006 (Ronaldinho, Deco, Gianluigi Buffon ou Thierry Henry), Eto’o a le soutient des footballeurs qui jouent dans le même compartiment de jeu que lui. S’il fallait se référer à la phrase « on n’est mieux apprécié que par ses pairs », le Camerounais de Barcelone serait désigné Ballon d’Or européen le 27 novembre 2006. Car depuis la publication officielle par le magazine France Football, des 50 footballeurs susceptibles de gagner le cuir d’Or cette année, l’avant-centre azulgrana est encensé par ses homologues attaquants. « Si Eto’o n’était pas blessé, j’aurais voté pour Samuel. Il le mérite car il a fait un doublé C1-Liga », se prononçait l’avant-centre français Nicolas Anelka sur son favori pour le Ballon d’Or, en marge de sa conférence de presse avec l’Equipe de France, avant la rencontre amicale contre la Grèce. Même intonation pour l’Ivoirien Didier Drogba :  » s’il ne s’était pas blessé au genou, je pense que j’aurais fait de Samuel Eto’o mon favori pour le Ballon d’Or. Il a démontré toute l’année dernière son efficacité devant le but. C’est vraiment dommage pour lui », reconnaissait le buteur de Chelsea  dans l’émission Téléfoot sur TF1, le dimanche 5 novembre dernier. Dans un entretien paru dans France Football du mardi 7 novembre passé, l’ancien attaquant de l’Équipe de France championne du monde en 1998 Youri Djorkaeff reconnaît  » Je me jette à l’eau pour avouer avoir une petite préférence pour Eto’o ! ». Bien que faisant aussi de son compatriote Thierry Henry et du Brésilien Ronaldinho des favoris pour la récompense la plus courue des footballeurs, le champion d’Europe des nations 2000 voit bien l’indomptable Eto’o les coiffer d’une courte tête au soir du 27 novembre prochain. Malgré sa blessure qui l’éloigne des terrains depuis le 27 septembre dernier, l’avant-centre de Barcelone est toujours en pôle pour le Ballon d’Or. Surtout que depuis son absence, il manque cruellement à ses coéquipiers Blaugranas : « nous avons perdu un joueur fondamental », regrettait le défenseur azulgrana Lilian Thuram sur la chaîne de télévision Canal+, au soir du nul (2-2) concédé à Chelsea au Nou Camp. Eto’o brille aussi bien par son absence sur les terrains que par sa présence, serait-on tenté de dire. Car depuis qu’il est à l’écart suite à une blessure au ménisque du genou droit, la hargne, l’intelligence de jeu, le pressing, la technique et le sens du but de l’ancien Pichichi de la Liga espagnole sont plus implorés par les commentateurs des matches de Barcelone que les qualités de joueurs qui le remplacent. En plus, ses principaux rivaux ne sont pas au sommet de leur art depuis sa blessure. Thierry n’est plus aussi insaisissable avec les Gunners. En dehors de sporadiques coups d’éclat, le magicien Ronaldinho n’est plus aussi magique que lors de la première partie de l’année. Mais ses coups de pied arrêtés maintiennent tout de même le Barça à flot. Quand au champion du monde italien Gianluigi Buffon, il ne joue qu’en série B italienne. Si comme le voit Djorkaeff, Samuel Eto’o est sacré Ballon d’Or malgré sa blessure, se serait un sacre inédit dans l’histoire de la récompense décerné par le magazine France Football. écrit

écrit par FC-Barcelone.com

Commentaires