Le Real Madrid s’offre Marseille

En s’imposant 1-3 face à l’Olympique de Marseille au Vélodrome, le Real Madrid s’est assuré de terminer en tête du groupe C. Un doublé de l’excellent Cristiano Ronaldo et un but de Raúl Albiol ont permis aux madrilènes de se qualifier sans trop de problèmes pour les huitièmes de finale, et d’éviter par la même occasion les trois rouleaux compresseurs anglais (Chelsea, Manchester United et Arsenal) et le surprenant champion de France (Bordeaux). Cependant, le Real pourrait encore tomber sur une grosse pointure comme le Bayern Munich (qui a humilié la Juventus a Turin) lors du tirage au sort, ou même se retrouver face à l’Inter ou au Barça (la première place de ce groupe est toujours en jeu). Quoi qu’il arrive, cette ferme victoire à Marseille et cette première place permettent à Madrid de retrouver peu à peu le respect sur la scène européenne.Mardi soir, Manuel Pellegrini a opté pour un onze initial fort similaire à celui aligné face à Almería ce week-end. Casillas dans les buts, Sergio Ramos, Raúl Albiol, Pepe et Arbeloa en défense. Marcelo, Xabi Alonso et Lassana Diarra au milieu de terrain, devant le trio d’attaque Van der Vaart, Cristiano Ronaldo et Higuaín. Le Néerlandais est une nouvelle fois titularisé pour remédier à la blessure de Kaká, qui ne rejouera pas avant 2010. Si les supporters étaient inquiets dans un premier temps, ils peuvent être rassurés, car Rafael Van der Vaart remplit son rôle à merveille. Très bon mardi soir, le « 23 » imprègne de plus en plus le jeu madrilène de son empreinte.Mais la victoire face à Marseille a été l’œuvre d’un joueur au dessus des autres: Cristiano Ronaldo. Le Portugais devait absolument se racheter de sa stupide expulsion lors de la dernière journée de Liga. Après à peine cinq minutes, Ronaldo se fait pardonner en décrochant un sublime coup-franc qui perfore la lucarne du pauvre Mandanda. Le gardien phocéen ne pouvait rien faire: la frappe de la star madrilène était parfaite. En fin de rencontre, Cristiano a inscrit le troisième but de la soirée d’une manière assez spéciale pour être signalée. Parfaitement lancé en profondeur par Lassana Diarra, il est bousculé par la paire Diawara-Mandanda à l’entrée de la surface. Les trois joueurs s’écroulent, et un seul se relèvera. Ronaldo semble littéralement rebondir sur le sol, repère le ballon en une fraction de seconde et, malgré sa position dos au but, frappe sans regarder les cages et réalise le doublé. N’importe quel autre joueur serait resté à terre, mais pas Ronaldo. Son envie de jouer et de faire la différence semble sans limite. Ses détracteurs peuvent dire ce qu’ils veulent, peuvent critiquer avec raison ses frasques et certaines de ses réactions, mais rien ni personne ne peut nier qu’à chaque fois qu’il touche le ballon, ses adversaires tremblent et ses supporters rêvent. Cristiano Ronaldo est le meilleur buteur de la Ligue des Champions (6 buts) en n’ayant disputé que trois rencontres (et vingt minutes face à Zurich)… Seul Lionel Messi génère des réactions semblables auprès de son entourage. Ils sont incontestablement les deux meilleurs joueurs du monde.Cependant, la victoire face à Marseille n’a pas été chose aisée. Comme face à Milan, l’équipe de Didier Deschamps est rapidement parvenue à égaliser près l’ouverture du score. Taïwo prend Sergio Ramos de vitesse sur le flanc droit avant de centrer pour Brandao au deuxième poteau. La reprise de la tête de l’attaquant brésilien est stoppée par Raúl Albiol, mais l’ex-défenseur de Valence manque son dégagement. Lucho González récupère et fusille Casillas, qui ne pouvait rien faire. Malgré ce but égalisateur, le Real ne tremble pas, car seule une défaite 5-1 serait synonyme d’égalisation…Si les Marseillais étaient ultra-motivés, ils ne se sont jamais créé d’énormes occasions, à part un but de Brandao correctement annulé pour hors-jeu. Volontaires, les hommes de Deschamps se sont montrés menaçants, mais jamais dangereux. Seul l’excellent Niang apportait quelque chose dans l’effectif marseillais.C’est donc logiquement le Real qui se procure la plus belle occasion à la demi-heure de jeu, lorsque Cristiano Ronaldo reprend de la tête un corner de Van der Vaart, mais le ballon s’écrase sur le montant. Higuaín, Pepe et Ramos butent ensuite sur les défenseurs et le gardien marseillais, et ne parviennent pas à pousser le ballon au fond des buts. Juste avant la pause, une superbe talonnade de Cristiano lance la course de Marcelo. Bien aidé par Higuaín, qui a amené la moitié de la défense avec lui, le Brésilien se joue des défenseurs qui se présentent face à lui mais manque de précision à l’heure d’allumer Mandanda. 1-1 score à la pause.Dès le retour des vestiaires, le Real Madrid se crée une nouvelle occasion par l’intermédiaire de Marcelo, une nouvelle fois aidé par un subtil appel de balle d’Higuaín qui entraîne trois défenseurs avec lui. Mais la frappe du Brésilien est bien détournée par Mandanda. Patiente, l’équipe de Madrid va rapidement reprendre l’avantage par l’intermédiaire de l’un de ses meilleurs renforts estivaux: Raúl Albiol. Irréprochable depuis le début de la saison, le défenseur central voit ses efforts récompensés à l’heure de jeu, une nouvelle fois sur un corner de Van der Vaart. Les arrières marseillais ne parviennent pas à dégager le ballon, qui atterrit dans les pieds d’Abliol. L’ex-valencien décroche une frappe rasse et inscrit le second but de la soirée.Comme à leur habitude, les hommes de Pellegrini ont du mal à gérer leur avance au marquoir. C’est pourtant l’homme le plus sûr de l’effectif madrilène qui commettra une grossière erreur. Iker Casillas fauche violemment Niang dans la surface de réparation. Pénalty indiscutable. Malgré le bon caractère du gardien madrilène, cette faute est impardonnable et aurait pu être sanctionnée d’une carte rouge. Mais l’arbitre est clément et n’a sorti que la jaune. La colère et la déception de Casillas, qui a immédiatement reconnu sa faute, étaient visibles sur son visage. Cette phase de jeu constitue véritablement le tournant du match. Premièrement parce que l’unique joueur capable de faire la différence côté marseillais, Niang, se blesse sérieusement à l’épaule en retombant et est obligé de sortir. Secondement parce que le missile de Lucho González s’écrase sur la transversale. Les Marseillais n’y croient plus.Pellegrini fait alors tourner l’effectif en faisant monter Karim Benzema, Mahamadou Diarra et Raúl à la place de Van der Vaart, Higuaín et Xabi Alonso. Les changements n’auront aucune influence sur le jeu du Real, qui inscrira le troisième but décrit plus haut par l’intermédiaire de Ronaldo.Mais si le Portugais récolte tous les éloges, les bonnes prestations madrilènes seraient impossibles sans le travail incroyable d’un joueur de l’ombre: Lassana Diarra. Depuis son arrivée à Madrid en hiver dernier, ‘Lass’ ne fait pas de bruit, parle à peine à la presse, ne signe presqu’aucun autographe, mais répond plus que présent sur le terrain. Lassana est « le » poumon du Real Madrid. Infatigable dans la récupération, il n’abandonne jamais et se bat sur tous les ballons. Une fois en possession du cuir, il fait preuve d’une capacité extraordinaire à le protéger et à distribuer des passes de grande qualité. En témoigne l’assist à Ronaldo sur le troisième but. Une chose est certaine : Lassana Diarra est la pièce centrale du puzzle madrilène, qui commence tant bien que mal à fonctionner. L’Europe est prévenue: le Real semble bel et bien de retour sur les devants de la scène.   Fiche technique Olympique de Marseille: Mandanda, Bonnart, Diawara, Heinze, Taïwo, E.Cissé (62′ Koné), Abriel, Cheyrou, L.González, Brandao (77′ Morientes), Niang (67′ Valbuena).  Real Madrid: Casillas, S.Ramos, R.Albiol, Pepe, Arbeloa, L.Diarra, X.Alonso (77′ M.Diarra), Marcelo, Van der Vaart (71′ Raúl), C.Ronaldo, Higuaín (62′ Benzema).  Buts: C.Ronaldo (5′), L.González (11′), R.Albiol (60′), C.Ronaldo (80′)écrit

écrit par FC-Barcelone.com

Commentaires