L’Olympiakos freine le Real en Champion’s League

Malgré la qualité de jeu qu’il a offert mardi soir en Ligue des Champions, le Real Madrid n’a su ramener qu’un point du terrain de l’Olympiakos. La ‘malédiction’ qui pèse sur la Maison Blanche continue: jamais Madrid ne s’est imposé en Grèce. Pourtant, les hommes de Bernd Schuster ont livré une bonne prestation: ils ont dominé l’ensemble de la rencontre, la défense est restée solide et le ballon a touché par deux fois les montants. La blessure de Guti donne l’opportunité à Wesley Sneijder de prendre les commandes de l’équipe merengue. En défense,  Gabriel Heinze retrouvait également sa place de titulaire suite à deux semaines d’indisponibilité. Le retour de l’Argentin a considérablement renforcé la dernière ligne madrilène. La charnière centrale  Heinze-Cannavaro était enfin reformée. Le reste de l’équipe était inchangé: Casillas dans les buts, Ramos et Marcelo sur les flancs, Diarra et Gago en récupération et  Robinho, Raul et Van Nistelrooy à la pointe de l’attaque. Toutes les occasions dangereuses sont à mettre à l’actif du Real Madrid. La première survient sur un corner manqué de Sneijder que Diarra reprend du pied gauche au premier poteau. Sa frappe atterrit sur le montant et le Malien est, par la même occasion, clairement fauché dans le grand rectangle par Galleti. Mais l’arbitre refuse de siffler… Robinho et Sneijder se présentent tour à tour seuls face à Nikopolidis mais perdent leuf duel avec le gardien grec. En fin de première période, Van Nistelrooy disposera de la meilleure occasion du match. A l’entrée du grand rectangle, il réalise un lob majestueux qui s’écrase sur la transversale. Le but aurait été superbe mais le score à la mi-temps est de 0-0. L’Olympiakos s’est montré bien moins dangereux que lors de sa visite au Santiago Bernabeu. Casillas n’a presque jamais été inquiété. Le scénario de la seconde période est exactement le même que celui des 45 premières minutes de jeu: le Real domine, se crée des occasions mais manque de réalisme lors de la concrétisation. Les Grecs se contentent quant à eux de se replier à onze en défense. Le tableau d’affichage ne bougera pas. Ce point freine la progression des madrilènes qui auraient pu se qualifier dès mardi soir s’ils avaient fait preuve de davantage de précision. Mais un point sur le terrain du Werder Brême dans deux semaines leur permettrait d’accéder directement aux huitièmes de finale. Même s’il n’a pas gagné, le Real a laissé une image plus que convaincante en Grèce. Fiche technique Olympiakos: Nikopolidis, Zewlakow, Pantos, J. Cesar (Mendrinos 73′), R.Bravo (51’Archubi), Galleti, Patzazoglou, Stoltidis, Lua Lua, Djordjevic, Kovacevic (§!’ Konstantinou) Real Madrid:Casillas, S. Ramos, Cannavaro, Heinze, Marcelo, Diarra, Gago, Sneijder, Robinho (82′ Saviola), Raul (82′ Balboa), Van Nistelrooy Guillaume Delle Vigne

écrit par FC-Barcelone.com

Commentaires