Deco : « Se battre pour la Liga » !

Avez-vous souffert dans les tribunes de Santiago Bernabeu ? C’est d’autant plus insupportable quand tu te trouves dans les tribunes, au bord du terrain et que tu ne peux pas jouer. Et j’ai souffert car c’était une belle opportunité de s’échapper au classement mais nous avons laissé jouer Madrid au rythme qu’ils voulaient. C’est difficile de parler d’un match auquel tu n’as pas participé. Nous faisons tous partis de la même équipe, que tu joues ou pas. Pensez-vous que le Barça a mérité de perdre ? On ne peut pas dire que nous méritions de perdre. Le Real jouait « sa vie » sur ce match, tous ses espoirs, et a eu la chance de le gagner. Nous avons vu tous les joueurs de Madrid défendre, y compris Ronaldo et Zidane. Ils l’ont tous reconnu et ils ont eu de la chance. Alors s’il ne méritait pas de perdre, sur quoi le Barça a-t-il cédé ? Pour ce qui est des erreurs, nous avons à en parler entre nous. La presse et les critiques sont ici pour parler de notre défaillance. Nous, nous savons ce qui n’a pas été, et maintenant nous devons rester solidaires et garder ça pour nous sans l’ébruiter. Si on commence à reporter la faute sur le gardien, les attaquant ou le milieu de terrain, ce ne sera pas bon pour nous. Rijkaard a notamment déclaré que l’équipe sur ce match manquait d’agressivité Et moi je peux dire plein de choses comme celle là, mais je ne suis pas d’accord pour les dire en public. Je pense que le plus important est de transmettre au public un message bon, positif. Beaucoup de gens pensent qu’avec vous dans l’équipe, le Barça n’aurait pas perdu face au Real. Ce qui est arrivé c’est à cause des blessures, on a du jouer presque tout le temps avec le même onze titulaire. Et quand il y a un absent cela se ressent dans l’équipe. De plus, avec moi on pouvait gagner comme perdre. Cela dit, peut être qu’avec moi l’équipe pouvait gagner en agressivité et ne pas être aussi tiraillée comme elle le fut. Le Clasico fut un match quelque peu atypique, parce qu’il n’y a pas eu le moindre accrochage. Cela vous surprend-t-il ? Oui. Ça me surprend du fait de la rivalité qui existe et par l’enjeu. Ce fut un peu étrange, comme si on assistait à une rencontre entre amis. Même si nous devons respecter l’adversaire, nous n’avons pas à faire de détail. Il ne faut pas y aller pour tuer quelqu’un non plus ou faire mal, mais c’est un match dans lequel il y a de gros enjeux et c’était palpable. A Madrid, on fait le point sur les matchs restant à jouer pour le Barça et sur lesquels vous pourriez perdre des points. Ce que je peux assurer c’est que nous allons battre Getafe. Si après ce qui s’est passé à Madrid, avec le championnat à portée de mains, nous le laissons nous échapper ce serait La déception de notre saison. Et je veux aussi clarifier une chose. Ce qu’il faut qu’on se mette bien en tête : on n’a pas encore gagné la Liga, mais nous allons aller la chercher, il faut se battre pour la mériter. Ça reprend en quelque sorte le message délivré par Rijkaard hier : « il ne faut pas s’attendre à ce que la Liga nous tombe dans les mains mais il va falloir se battre à mort pour la remporter. » Oui. J’ai toujours dit que le championnat nous ne l’avons pas gagné mais que nous allons le chercher de toutes nos forces. Que diriez-vous aux supporters quelque peu anxieux depuis la défaite à Madrid ? Je peux leur dire que ce championnat ne va pas nous filer entre les mains par manque d’attitude ou par manque de désir de le remporter. Il y a 6 points, si nous jouons comme en début de saison avec le même esprit que lors du match contre le Depor, c’est sûr qu’on remportera le championnat. Maintenant si on joue comme contre le Betis, on a du souci à se faire. Comment l’équipe peut baisser ainsi de niveau comme contre le Betis ? Le Barça occupe la place de leader depuis longtemps, maintenant nous jouons dimanche après dimanche. Tout le monde voyait le Real mort et enterré et que remporter la Liga n’était plus qu’une question de semaines… Et que tu le veuilles ou pas, ça te met dedans. Il y a une certaine angoisse à gagner le titre ? Si nous le pouvions, nous jouerions les 7 derniers matchs en une semaine, parce que week-end après week-end on entend les gens autour de nous se demander quand va-t-on remporter la Liga, comment nous allons célébrer le titre et tout ça c’est vraiment dur. On ne peut pas critiquer la presse car elle fait son travail. Les rencontres face au Betis et au Real nous ont prouvé qu’on n’a pas la main mise sur le titre. Jusqu’à quel point l’appui du public sera important en cette fin de saison ? Le public est toujours derrière nous. Quand je suis arrivé, on m’avait dit que c’était un public quelque peu difficile, très réservé. Mais ce n’est pas ce que j’ai découvert et cette saison a été vraiment impressionnante. Nous ne pouvons pas demander plus. Au retour de Madrid, il y avait environ 500 supporters qui attendaient l’équipe à l’aéroport. C’est une preuve que le public est toujours avec nous, mais il ne faut pas nous servir de ça pour penser que nous sommes tranquilles car nous avons son appui. Ceci doit être une source de motivation pour rendre au public tout ce qu’il nous a donné, et nous devons commencer à le faire dès ce dimanche. Nous n’avons pas l’obligation de gagner, mais celle de se battre pour gagner. Contre Getafe, Eto’o est plus qu’incertain et Puyol suspendu. Mais une équipe comme le Barça doit être préparée à ces éventualités. Samuel est le Pichichi, Puyol nous manque toujours, mais si nous ne gagnons pas contre Getafe avec les joueurs que nous avons, il y a comme un problème. Il faut gagner avec ou sans Eto’o, Xavi, Ronaldinho, Puyol, Deco… A Porto, vous viviez avec la pression de gagner des titres. Pour un joueur, passer 5 années dans un club comme le Barça sans rien gagner c’est une frustration. Les équipes qui ne gagnent pas, même si elles jouent bien, ne restent pas dans les mémoires. Aujourd’hui nous avons l’opportunité d’entrer dans l’histoire et la légende d’un club prestigieux comme celui-ci et nous devons la saisir. Qui a le calendrier le plus difficile ? Ça dépend. Si nous gagnons contre Getafe, la prochaine rencontre sera plus simple. Mais si nous ne le gagnons pas, on va se compliquer la tâche. Ce qui est arrivé c’est que nous avons commencé à faire des comptes rapidement, il y a 2 mois, mais nous n’avons pas à nous préoccuper de ça, on doit jouer le match suivant et gagner. Quand il vous reste un match à disputer pour gagner la Liga, vous pouvez faire les comptes. Avant, non. Rijkaard veut remporter les 7 prochains matchs. L’équipe en est-elle capable ? Nous, nous n’avons pas à penser que nous devons maintenir notre avance. Nous devons jouer pour gagner et pour augmenter cette avance. Pour gagner le championnat, nous devons remporter 5 matchs. Quand nous gagnerons celui de dimanche, il en restera 4.Les comptes sont simples. Il y a un mois, vous disiez que le Barça était meilleur que le Real. Après la défaite à Bernabeu, vous le maintenez toujours ? Bien entendu, parce que nous sommes toujours devant. Dans 70% des matchs, nous avons démontré une qualité incroyable. Nous sommes en tête et nous sommes meilleurs, même si parfois une équipe qui est au-dessus peut ne pas remporter la Liga. Même si je pense que ce sont les meilleurs qui remportent le championnat. Il y a une opinion récurrente selon laquelle le Barça échoue lors des rendez-vous décisifs comme à Madrid ou Londres. Je ne pense pas que ce soit justifié car nous avons été bien aussi dans des moments clés comme le match du Depor, où nous supportions une grosse pression et nous savions que le Real espérait notre défaite. Certes nous chutons à Madrid et contre Milan à domicile. Mais quand nous avions seulement 4 points d’avance, nous n’avons pas failli. Ça vous ennuie que le club n’ait pas fait appel pour le carton reçu contre le Betis, vous privant ainsi du match contre le Real ? La décision de ne pas faire appel a été prise peut être aussi par rapport à tout ce qui a été dit au sujet de l’arbitre de la rencontre Pino Zamorano. Mais c’est vrai que ça m’aurait plu de jouer, et surtout après avoir appris que le carton rouge de Rivas ait été annulé. Mais bon, je pense qu’il faut oublier le match de Madrid. Si on me dit que nous gagnons la Liga et que nous perdons les deux rencontres face au Real, je signe.

écrit par FC-Barcelone.com

Commentaires