Alirón, alirón, le Real est campeón !

Le Real Madrid a remporté son 31ème titre de champion d’Espagne au cours d’une soirée exceptionnelle. La victoire de Villareal face à Getafe en début de soirée obligeait les madrilènes à s’imposer sur le difficile terrain d’Osasuna pour se voir sacrés avant la venue du Barça mercredi soir au Santiago Bernabeu. Menés à la 82ème minute de jeu, les hommes de Schuster ont fait preuve d’une volonté et d’un courage exceptionnels afin d’aller chercher la victoire grâce à des buts d’Arjen Robben et Gonzalo Higuaín à une minute du terme. Au coup de sifflet final, les Merengues exultent et laissent exploser leur bonheur devant le public électrique du Reyno de Navarra, étonnement respectueux devant la consécration des joueurs de la capitale. En fin de soirée, le Real Madrid a rejoint la place Las Cibeles pour partager ce moment intense avec les supporters.Pourtant, la tâche s’annonçait compliquée en début de soirée. Schuster aligne une équipe assez classique au vue des dernières semaines. Casillas dans les buts, Ramos, Cannavaro, Pepe et Heinze en défense, Diarra en récupérateur, Gago et Sneijder devant Robben, Raúl et Saviola en attaque. La première période est assez sobre: les deux équipes se respectent et le danger est rare pour les gardiens de but. Une frappe surpuissante de Mahamadou Diarra et une action subtile de Saviola inquiètent Ricardo. De l’autre côté, c’est l’ex-madrilène Javier Portillo qui alerte Iker Casillas. A part le missile du Malien, ces occasions ne sont pas bien dangereuses.Dès le retour des vestiaires, les échanges se musclent et la seconde période commence par l’expulsion de Fabio Cannavaro. Exemplaire tout au long de la saison, le brillant défenseur italien s’était promis de ne pas rejoindre prématurément les vestiaires cette saison. Il aura presque tenu parole, mais un second carton jaune pour une action sur l’ex-monégasque Plasil lui a fait perdre son pari. Réduits à dix, les hommes de Bernd Schuster voient la conquête du titre de plus en plus difficile. Les cartes jaunes se succèdent et les occasions se font rares. Wesley Sneijder rappelle que l’on joue au football en milieu de seconde période. En dehors de la surface et entre quatre défenseurs, il surprend tout le monde en décrochant un superbe lob qui trompe Ricardo, trop avancé. Mais la chance était du côté des joueurs locaux car le ballon s’écrase sur la transversale.Obligé de redynamiser ses troupes, Bernd Schuster apporte du sang frais en faisant monter au jeu l’homme en forme de cette fin de saison: Gonzalo Higuaín. ‘Pipita’ remplace son capitaine Raúl. Excellent durant l’ensemble de la saison, le ‘7’ est plus discret depuis quelques semaines. La partie s’enflamme et les madrilènes partent à l’attaque. Pourtant, à la 82ème minute de jeu, Gabriel Heinze va commettre l’irréparable et donner vie à ses adversaires. Sur un corner apparemment inoffensif, il dévie le ballon de la main, le bras tendu au dessus de sa tête. L’arbitre siffle ce penalty indiscutable mais pardonne la seconde carte jaune à l’Argentin. De son côté, Puñal ne tremble pas et réalise le contre-pied parfait. Osasuna mène 1-0.A Madrid, Ramon Calderon donne l’ordre de démonter l’installation de la Place Cibeles, où devait avoir lieu l’éventuelle célébration. Mais c’était sans compter sur la volonté de ses joueurs. Cinq minutes plus tard, Gonzalo Higuaín lance un superbe coup franc sur la tête de Robben. Volontaire, le Néerlandais gagne son duel et propulse le ballon au fond des filets. Égalisation inespérée mais méritée du Real Madrid. A peine deux minutes s’écoulent et Diarra récupère la balle. Le Malien parcoure une bonne partie du terrain, subit une faute à l’entrée de la surface mais le ballon atterrit dans les pieds de Ramos. Lucide, le défenseur lève le ballon pour décaler Higuaín sur la droite. Critiqué pour son manque d’efficacité, ‘Pipita’ se trouve devant le moment le plus important de sa jeune carrière. La balle rebondit devant lui, et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, il décroche une magistrale demi-volée qui mystifie Ricardo. But! La perle argentine laisse exploser sa joie et le banc madrilène se lève comme un seul homme. Le Real s’impose 1-2.Alors qu’on craignait une multitude de sifflets, le public d’Osasuna s’est montré très respectueux devant la célébration des joueurs madrilènes. Euphoriques, tous s’embrassent pour fêter ce 31ème titre de Liga. Mais conscients du léger désavantage de l’emporter loin de Madrid, ils ne tardent pas à rejoindre la capitale, où les attendent des milliers de supporters. De retour chez eux, les joueurs se baladent dans les rues grâce à l’autocar décoré pour l’occasion. A trois heures du matin, le capitaine Raúl réalise le geste mythique: monter sur la fameuse statue de Las Cibeles afin de lui faire partager la joie de tout un club. La statue s’est vue coiffée de deux écharpes à l’effigie du Real Madrid. Tous les joueurs chantent avec les drapeaux de leurs pays respectifs. L’amitié qui règne dans l’effectif est palpable. Cela explique en partie la conquête du championnat.Mais la saison n’est pas finie et la fête prend fin. Dès mercredi, le Real reprend la compétition… face au FC Barcelone. C’était sans doute le scénario que les catalans voulaient éviter à tout prix: se voir obligés de faire la haie d’honneur à leur éternel rival. Mais tout porte à croire que les hommes de Rijkaard se comporteront en professionnels. Cependant, la presse catalane affirme que Deco et Eto’o ont forcé le cinquième carton jaune pour éviter cette humiliation suprême…écrit

écrit par FC-Barcelone.com

Commentaires